Du sureau dans mon jardin ♥

Voila-ti-pas que je découvre que j’ai un Sureau dans mon jardin !!

Je suis trop contente, il y a tellement de bonnes choses à faire avec les fleurs 😛
De la confiture, de la gelée, du sirop, de la glace,….

La consommation des baies crues n’est pas conseillée, car elles sont légèrement toxiques et peuvent provoquer des vomissements surtout quand elles sont immatures. La toxicité est cependant détruite lors de la cuisson

En revanche, les fruits comme les fleurs peuvent être transformés en vin de sureau qui est une boisson traditionnelle dans les pays nordiques, ou en sirop, gelée de sureau,limonade ou en kéfir de sureau

Le purin de sureau (1 kg de feuilles macérées dans 10 L d’eau mis à fermenter quelques jours) a de nombreuses vertus qui en font un grand allié du jardinier :

du répulsif contre les punaises, pucerons, chenilles et cochenilles, ce qui lui vaut le nom d’herbe à punaises, et contre les mammifères (comme les mulots, campagnols, les taupes)

un antifongique grâce à un alcaloïde, la sambucine qu’il contient. Les fleurs de sureau noir, placées par couches alternées avec des pommes, en boîtes hermétiquement closes, assurent la conservation de ces fruits et leur donnent, en outre, le goût de l’ananas

un antigerminatif, en alternant couches de fleurs séchées et couches de pommes de terre

Le sureau noir est parmi les arbres les plus visités par la faune. Son feuillage dense et les nombreuses fourches qu’offrent ses branches en font un lieu de choix pour les oiseaux nicheurs. Les abeilles sauvages et les guêpes profitent aisément de ses rameaux creux. Les fleurs attirent, en outre, quantité de butineurs : abeilles, papillons,… et les baies font le régal des fauvettes des jardins, des merles noirs, des grives, des rouges-gorges et autres passereaux

Les feuilles de sureau accélèrent la décomposition du compost

Écorce, feuilles, fleurs et fruits ont des emplois médicinaux distincts, au moins en partie. L’écorce interne des rameaux contient de la résine purgative, du tanin, des traces d’huile essentielle, de l’acide valérianique, des alcaloïdes (conicine, sambucine). Elle est diurétique, laxative, analgésique, sédative et employée pour traiter hydropisies, ascite, anasarque,  œdèmes, néphrites et rhumatismes. Les feuilles et les jeunes pousses feuillées, fraîches, ont les mêmes emplois en décoction ; en usage externe, elles sont vulnéraires (après broyage), apaisant les piqûres de vipères par friction et d’hyménoptères par une décoction, ou employées en cataplasme contre les entorses, les contusions. Les fleurs, diurétiques et laxatives quand elles sont fraîches, sont très sudorifiques après séchage

Source Wikipédia

J’en aurais encore appris pas mal ce soir 😉